La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Nouveautés, voitures de sport actuelles et à venir
Avatar du membre
ExitSuccess
Club AS
Messages : 1337
Enregistré le : mer. 28 août 2013 15:09
Voiture(s) : Corvette C5

Re: La fin de l'automobile grand public ?

Message par ExitSuccess » jeu. 4 oct. 2018 19:45

L'intrépide a écrit :
jeu. 4 oct. 2018 18:02
L'écologie, cette nouvelle religion... [...] Aurélien Barreau ...
Arriver à apposer la religion et un astrophysicien c'est une belle perf :troll:

J'ai pas étudié ce qu'a dit Aurélien Barreau, en revanche, tous les indicateurs sur la situation actuelle économique/écologique (faudrait d'ailleurs inventer l'écolonomie, tellement ces deux principes sont corrélés) sont au rouge foncé.
(pour donner un ordre d'idée, 5°C de température moyenne en moins sur le globe c'est ce qui nous sépare de la dernière aire glacière)

Ma conviction c'est qu'il est déjà trop tard aujourd'hui pour que notre mode de vie ne change pas de manière très désagréable, et ce dans pas si longtemps que ça au final.

Publicité
 

Avatar du membre
L'intrépide
Club AS
Messages : 4654
Enregistré le : dim. 17 mars 2013 17:02
Voiture(s) : GT86 - 208 GTI BPS - Duster

Re: La fin de l'automobile grand public ?

Message par L'intrépide » jeu. 4 oct. 2018 20:36

Bah écoute ce qu'il a dit très récemment :fou:

Il est astro-physicien certes, mais il a reconnu lui même qu'il n'était pas expert dans le domaine de l'écologie et qu'il avait improvisé son message, dont plusieurs incohérences ont été relevées depuis :bah:

Bref, on peut s'alarmer, vouloir que les choses changent, mais jusqu'à preuve du contraire, les dictatures n'ont jamais été des modèles en termes de préservation de la vie :troll:

Avatar du membre
fred
Club AS
Messages : 2909
Enregistré le : mer. 20 mai 2009 18:59
Voiture(s) : ;

Re: La fin de l'automobile grand public ?

Message par fred » ven. 5 oct. 2018 10:57

Si religion et écologie sont antinomiques , écologie et dictature sont devenus éponymes. Du moins, la manière dont on nous infuse l'écologie a rendu ce mot proche du mot dictature.

Imposer n'est pas inculquer.

Avatar du membre
Web
Administrateur
Messages : 40260
Enregistré le : lun. 18 mai 2009 13:08
Voiture(s) : 12 cylindres en ligne

Re: La fin de l'automobile grand public ?

Message par Web » lun. 8 oct. 2018 16:16

News un peu en forme d'Edito sur le Mondial : http://www.automobile-sportive.com/news ... e-20181008 (notez le jeu de mot très technique dans le titre :troll: ), sur la base d'un constat sans ambiguité : une page se tourne et sonne, au moins temporairement, la fin de la récré...

Avatar du membre
Barjack13
Modérateur
Messages : 6061
Enregistré le : mar. 8 mars 2011 12:47
Voiture(s) : Elise S1 120 et Bmw 730i e38

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Barjack13 » lun. 8 oct. 2018 16:49

la 997 n'ayant pas encore dit son dernier mot.
T'es sûr ? :lol:

Avatar du membre
Web
Administrateur
Messages : 40260
Enregistré le : lun. 18 mai 2009 13:08
Voiture(s) : 12 cylindres en ligne

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Web » lun. 8 oct. 2018 17:35

non, ça c'est certain... :areuh:

Pierre H.
Club AS
Messages : 1985
Enregistré le : dim. 28 févr. 2010 01:14
Voiture(s) : BMW 320i E36

Re: La fin de l'automobile grand public ?

Message par Pierre H. » lun. 8 oct. 2018 17:36

L'intrépide a écrit :
jeu. 4 oct. 2018 18:02
L'écologie, cette nouvelle religion... y'a des gens prêts à tout les sacrifices au nom de cette cause. :fou:
Dernier en date, un certain Aurélien Barreau, qui propose ni plus ni moins la mise en place d'une "dictature" pour faire face à l'urgence de la situation.

Vive la Malthusianisme :troll:
Ah tiens ça ça m'intéresse. Est-ce que tu peux, préciser ce que tu associes au concept de dictature dans ce cas précis ?

Avatar du membre
L'intrépide
Club AS
Messages : 4654
Enregistré le : dim. 17 mars 2013 17:02
Voiture(s) : GT86 - 208 GTI BPS - Duster

Re: La fin de l'automobile grand public ?

Message par L'intrépide » lun. 8 oct. 2018 20:14

Pierre H. a écrit :
lun. 8 oct. 2018 17:36
Ah tiens ça ça m'intéresse. Est-ce que tu peux, préciser ce que tu associes au concept de dictature dans ce cas précis ?
Certains écologistes (pas tous heureusement) œuvrent comme des mouvements religieux/sectaires, se nourrissent de plusieurs formes d'obscurantisme (Pierre Rabhi est un bon exemple) et cela ne serait pas un problème s'ils ne tentaient pas de s'étendre et d'imposer leurs vues et leurs projets de société.

D'ailleurs en parlant d'obscurantisme, ça étonnera qui de retrouver parmi EELV une bonne dose d'anti-vaccins et pro médecines dites "douces" (cf. Michèle Rivasi) ?

On a comme qui dirait un "package" dans lequel on peut aussi mettre l'agriculture "bio" ou encore tous les prescripteurs des produits dits "naturels" par opposition à ce qui est "chimiques" ou "industriels". Parce que c'est bien connu, tout ce qui est naturel est bon pour la santé :nana:

L'exemple du glyphosate est assez intéressant. Sa nocivité à faible dose reste très contestée, pour ne pas dire non prouvée, et à la place, les écolos prônent l'utilisation de pesticides dits "bio" dont la nocivité n'est plus à démontrer et qui avaient été précisément abandonnés à cause de cela (cuivre, sulfate de cuivre, bouillie bordelaise, ...). Sans compter que l'agriculture bio pose des problèmes de rendement, mais tout va bien et tout est cohérent puisque ces mêmes personnes prônent la décroissance :top:

Autre exemple, il faut réduire les émissions de CO2 (et je suis évidemment pour, car ça me permet de justifier en partie mon job :imbecile: ) mais il faudrait dans le même temps délaisser l'électricité nucléaire qui est pourtant la solution le plus efficace à ce jour pour y arriver... On veut nous imposer les énergies renouvelables évidemment, mais dans les faits, ça ne suffit pas car ce sont des énergies non pilotables :bah:

Restons dans l'électrique, on est d'accord qu'un VE alimenté par des centrales fonctionnant avec des énergies fossiles, c'est parfaitement absurde hein ?! :roll:

Bref, cet obscurantisme rampant est quand même effrayant... surtout quand tu commences à avoir un gars pourtant respectable a priori qui appelle à utiliser des solutions radicales coercitives, quitte à restreindre nos libertés et notre confort, pour sauver le monde du vivant. Rien que ça :troll:. Et que t'as un tas de gens qui applaudissent des deux mains :bravo: :fou:

Avatar du membre
ExitSuccess
Club AS
Messages : 1337
Enregistré le : mer. 28 août 2013 15:09
Voiture(s) : Corvette C5

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par ExitSuccess » lun. 8 oct. 2018 20:48

Je suis d'accord avec à peu près tous les constats que tu énonces.

le dogme de "L’écologie" à porté des idées totalement inutiles (voire néfaste, cf diesel...) à l’amélioration/protection de l'environnement pendant des décennies, et c'est encore le cas aujourd'hui.

Et pourtant, "l'écologie" au sens large est le sujet le plus important politiquement ou économiquement parlant, j'en suis convaincu.

Je diffère cependant sur ta conclusion. Je pense que nous sommes déjà trop tard, et qu'il n'y a que deux possibilités. Une très désagréable, l'autre extrêmement désagréable (et c'est un euphémisme).

Notre niveau de vie doit considérablement baisser pour pouvoir gérer "sereinement" les 30 ans à venir, ou bien, nous continuons sur le même chemin et nous nous prenons le mur de plein fouet, et là...

C'est ma conviction, je ne dis pas que c'est la vérité. Surtout qu'en fait j'aimerais grandement avoir tord :areuh:

Avatar du membre
L'intrépide
Club AS
Messages : 4654
Enregistré le : dim. 17 mars 2013 17:02
Voiture(s) : GT86 - 208 GTI BPS - Duster

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par L'intrépide » lun. 8 oct. 2018 21:49

Perso, je ne suis pas fan des solutions prônant la décroissance et le retour à un mode de vie d'antan. :moui:
Déjà, je vois mal comment socialement cela peut paraître acceptable/accepté et d'autre part, il faut bien se préparer au pire et donc trouver un plan B ou même plusieurs... même si on nous dit qu'il n'y en a pas.

De toutes façons, à court comme à plus long termes, soit on s'adapte et on trouve des solutions, soit on disparaît :dead:

Avatar du membre
mad max
AS
Messages : 28647
Enregistré le : lun. 18 mai 2009 14:43
Voiture(s) : Alfa 156 V6

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par mad max » lun. 8 oct. 2018 21:51

dans un monde dicté par les actionnaires, le retour en arrière est impossible.
encore plus dans la mondialisation où si un seul pays ne joue pas le jeu, pas la peine que les autres le fassent.

Pierre H.
Club AS
Messages : 1985
Enregistré le : dim. 28 févr. 2010 01:14
Voiture(s) : BMW 320i E36

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Pierre H. » lun. 8 oct. 2018 22:21

L'Intrépide, je suis globalement d'accord avec ce que tu dis (sauf la conclusion :green: ), notamment en ce qui concerne un individu comme Rabhi, courtisé par tous les médias alors même que c'est parfaitement clair que ce type est une raclure opportuniste et prosélyte.

Je ne souscris pas au terme d'obscurantisme, dans la mesure où les questions que tu soulèves sont parfaitement fondées scientifiquement et que la controverse à leur endroit est légitime.
Je décrirais plutôt ça comme une dérive dramatique de la communication environnementale, où à force de plaquer des grandes idées on en est arrivés à un "prêt-à-penser" extrêmement dangereux et simpliste.

Or, et je dis ça sans aucune arrière-pensée élitiste ou technocratique, le problème du changement climatique est infiniment complexe ; je dirais même que c'est, à tous les égards, le problème le plus complexe qui puisse se poser à l'humanité. Ça exclut complètement toute idée simpliste ou mesure court-termiste sur le sujet selon moi.

Une comparaison pour illustrer mon propos : quand j'étais gamin, on parlait du trou dans la couche d'ozone, c'était très préoccupant, c'était grave. Entre temps, ledit trou est quasiment rebouché. En quoi, 20 ans ? 30 ans ? Ç’a été très rapide. Pourquoi ? Comment ? C'était un problème simple, dont on a rapidement identifié la cause (les CFC dans les frigos et dans les clims), sur lequel on a assez facilement pu légiférer et réguler (on a viré les CFC et on a mis des HFC à la place, qui sont pas la panacée non plus mais bref).

Maintenant parlons du changement climatique.
A ce stade, il n'est pas moins avéré (scientifiquement parlant) que le trou dans la couche d'ozone à son époque, et s'il est difficile de leur donner une échéance précise, ses effets concrets ne le sont pas moins.
Problème : les causes du changement climatique sont infiniment plus complexes que ne l'étaient celles du trou dans la couche d'ozone. C'est un problème global, donc diffus, dont les causes dans notre environnement immédiat ne sont pas forcément évidentes à cerner. On peut même dire que dans certaines régions sur Terre, il n'y a aucun lien entre le mode de vie et l'activité des humains localement et le changement climatique qu'ils se ramassent quand même.

Donc dès le début il y a un souci, parce que ce n'est pas évident de nommer précisément les causes (elles sont multiples et interdépendantes) et parce qu'on ne peut pas pointer précisément des responsables.

Ça c'était pour l'aspect scientifique. Là où ça commence à devenir très problématique, c'est que les scientifiques qui modélisent le changement climatique et en prévoient les effets disent aussi très clairement que ç'a à voir avec notre manière de concevoir l'économie à échelle mondiale et avec les modes de vie qui en découlent. C'est à dire, au fond, avec nos croyances, nos valeurs, notre façon d'exister au monde, de quantifier l'échec et la réussite, le bonheur. Bonheur qui, il faut bien le reconnaître, en tout cas concernant les sociétés occidentales, est peu ou prou synonyme de pouvoir d'achat, de propriété privée, de liberté absolue.

Je ne trouve pas qu'un Aurélien Barreau, parmi d'autres s'exprimant sur le sujet, n'ait quelque accent dictatorial que ce soit dans son propos. C'est plutôt très pragmatique. Pour résumer :

Constat 1 : C'est le bordel avec le climat, on va tous en subir les conséquences et sans doute plus tôt que prévu.
Constat 2 : Avec l'économie telle qu'on la connaît, ça peut pas marcher. Avec nos modes de vie actuels, c'est pas soutenable.

Donc on fait quoi ? Ben on change de modèle économique et on adopte des modes de vie plus soutenables.

Objection : Mais ça revient à renoncer à plein de conforts, de libertés durement acquises. Et puis d'abord qu'est-ce que j'y peux moi, simple individu parmi des milliards ? Pourquoi est-ce que ce serait à moi de faire des efforts ?

Ma réponse à moi, qui n'engage que moi : C'est simple. Soit on accepte de se serrer gravement la ceinture, quitte à ce que ça passe par des lois coercitives, comme tu dis, et peut-être qu'on peut limiter la casse. Soit on continue sur notre lancée, business as usual comme on dit en économie. Le résultat final sera exactement le même en termes de mode de vie et de confort restreints, de libertés perdues... sauf qu'on va le subir de plein fouet et qu'on n'aura pas vraiment choisi (en apparence).
La vraie dictature qu'il faut redouter ou accepter, c'est celle de la nature, des lois de la physique et des équilibres fortement perturbés à l'échelle globale qui vont forcément donner lieu à des oscillations, comme tout système qui cherche à se réguler autour d'une consigne donnée.

Observation 1 : Ouais c'est pas juste, c'est sur nous que ça tombe, on n'a rien demandé à personne et on ne fait pas partie des gens qui ont jeté les bases de ce bordel. Si on s'engage dans la voie de la raison, il faut garder à l'esprit qu'on endosse en quelque sorte une responsabilité complètement unilatérale vis-à-vis des générations futures et de la biosphère dans son ensemble. On sera pas spécialement payés, ni récompensés, ni remerciés par qui que ce soit pour avoir pris les bonnes décisions au bon moment. Ce qui me mène à l'observation suivante.

Observation 2 : C'est le point que tu soulèves dans ta conclusion. Et tout ça pour quoi ? Pour sauver le monde du vivant ? A quel moment est-ce que c'est devenu le but suprême de l'humanité ? Est-ce qu'au fond on en a quelque chose à faire ? Est-ce qu'en tant qu'espèce dominante, supérieurement intelligente et consciente de sa propre liberté de facto, on devrait se restreindre dans nos élans au nom de quoi que ce soit, quitte éventuellement à nous autodétruire et à précipiter l'extinction de notre race ?
C'est hautement philosophique comme question, j'ai mon avis sur la question (indice : je bosse dans l'environnement) et il n'engage que moi.

Ça manque peut-être d'exemples tout ce blabla. ExitSuccess, tu parles d'énergie, ça me paraît parfaitement adapté. Tu as évoqué ici ou ailleurs la décorrélation complète entre prix du pétrole et état des réserves, par exemple. C'est simple, actuellement on prend la voiture quand on en a besoin (ou juste envie), on prévoit ses vacances à l'autre bout du monde en avion... Dans x0 ans (même pas x00 ans), y a des chances non négligeables pour que ce soit plus qu'un souvenir pour 99% des gens et un privilège suprême pour le 1% restant. Et ces pour toutes sortes de raisons, économiques, géopolitiques, scientifiques... Dommage pour notre liberté de mouvement.

Appelle-moi alarmiste, catastrophiste, totalitaire si tu veux. Je tâche d'être réaliste, il se trouve que je suis scientifique, j'essaie d'analyser aussi justement que possible ce que je vois et ça me fait pas particulièrement plaisir, plutôt le contraire.

Bref, tout ça me donne envie d'aller faire rugir le L6. :roi:

Avatar du membre
Web
Administrateur
Messages : 40260
Enregistré le : lun. 18 mai 2009 13:08
Voiture(s) : 12 cylindres en ligne

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Web » lun. 8 oct. 2018 22:28

Pierre H. a écrit :
lun. 8 oct. 2018 22:21
je dirais même que c'est, à tous les égards, le problème le plus complexe qui puisse se poser à l'humanité.
Sauf si on considère que la Terre a toujours connu des changements majeurs par épisodes plus ou moins réguliers et que tout ça n'est donc qu'un pet de plus à l'échelle universelle.

Il y a déjà eu 5 grandes extinctions massives, nous pouvons simplement décider d'assumer la prochaine avec sérénité et tout ira bien. :oui: :ange:

Avatar du membre
ExitSuccess
Club AS
Messages : 1337
Enregistré le : mer. 28 août 2013 15:09
Voiture(s) : Corvette C5

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par ExitSuccess » mar. 9 oct. 2018 08:56

Tout pareil que Pierre, y compris dans l'envie forte d'aller cramer du sp 98 après tout ça :beber:

Serge87
Messages : 954
Enregistré le : ven. 13 janv. 2012 13:08
Voiture(s) : Clio 1_2

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Serge87 » mar. 9 oct. 2018 10:11

Web a écrit :
lun. 8 oct. 2018 22:28
Pierre H. a écrit :
lun. 8 oct. 2018 22:21
je dirais même que c'est, à tous les égards, le problème le plus complexe qui puisse se poser à l'humanité.
Sauf si on considère que la Terre a toujours connu des changements majeurs par épisodes plus ou moins réguliers et que tout ça n'est donc qu'un pet de plus à l'échelle universelle.

Ca au moins, c'est une chose dont on peut etre sur.
L'univers n'a pas besoin de la terre et encore moins de l'homme pour exister (oui ca inclut aussi les ecolos)

Apres reste le debat entre les conclusions du GIEC et les avis des non-membres du GIEC (qui ne sont pas 2 ou 3 caches
dans un placard : https://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de ... climatique )

Avatar du membre
Dtcrt
AS
Messages : 20145
Enregistré le : jeu. 29 juil. 2010 18:54
Voiture(s) : VAG

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Dtcrt » mar. 9 oct. 2018 10:36

Je rejoins mes camarades. :top:
Pierre H. a écrit :
lun. 8 oct. 2018 22:21
Soit on accepte de se serrer gravement la ceinture, quitte à ce que ça passe par des lois coercitives, comme tu dis, et peut-être qu'on peut limiter la casse. Soit on continue sur notre lancée, business as usual comme on dit en économie. Le résultat final sera exactement le même en termes de mode de vie et de confort restreints, de libertés perdues...
Se serrer la ceinture, confort restreint, libertés perdues...

Mais lesquels au juste ?

- Régionaliser l'agriculture en stoppant l'éreintement des terres, se passer de Smartphone 4G assemblés par des esclaves pour s'envoyer des pouces bleus, se dire qu'un lave-linge peut techniquement durer 20 ans sans aucun problème technique, qu'une voiture tient à l'aise sa trentaine d'année sans nous faire croire qu'il est bon pour la planète de la foutre à la poubelle tous les 2 ans, désenclaver des métropoles devenues absurdes à tous les niveaux, arrêter la politique de l'instabilité permanente, faire en sorte de relocaliser l'industrie pour fabriquer des vrais trucs, arrêter de faire absolument n'importe quoi avec l'eau, de consommer des tera-tonnes de papier en pure perte, de faire pousser des pauvres vaches/porcs/poulets pour se goinfrer de viande merdique, oublier "la mode", qui dans son simple terme représente nécessairement un fléau, arrêter de prendre des avions merdiques pour aller contempler la misère à l'autre bout du monde, bourrer nos côtes d'hydroliennes au lieu de polluer la planète pour les 150.000 prochaines années tout ça pour alimenter des guirlandes de LED à Noël, elles mêmes fabriqués par les mêmes esclaves évoqués plus haut, etc., etc., etc.

On vit moins bien sans tout ça ? Perso, à aucun moment je n'aurais l'impression de me serrer la ceinture. J'ai même envie de dire que ça changerai plus ou moins rien pour moi. :heu:

Mais là où je rejoins Barreau, qui ne dit pas que des conneries, c'est qu'au point où nous en sommes, ça passera nécessairement par quelque chose de brutal.

De toutes façons, nous avons une vision évidemment auto-centrée sur nos petites conditions. La planète, elle va très bien, merci, je suis même pas convaincu qu'elle s'aperçoive qu'on s'agite comme des neuneus à sa surface. Le problème ne concerne que l'humain, avec ou sans nous, elle continuera à tourner peinard, elle en a vu d'autres et des bien plus rugueuses qu'un prout de FAP au beau milieu de l'autoroute. Tout ceci, comme disait l'autre, n'est réellement qu'un simple détail, un micro-phénomène dans une immensité qui, n'en déplaise aux hystériques religieux de tous bords, n'est pas conçu par et pour nos petites personnes. Tout peut s'arrêter demain sur un battement de cil naturel, nous sommes d'une fragilité infinie.

Ce qui est dommage, c'est que si le genre vivant n'était pas conçu comme ayant besoin d'un chef, si le genre vivant n'avait pas besoin de s'exciter le zizi pour se reproduire ou de montrer les crocs pour bouffer, les choses seraient tellement différentes.

Vous croyez qu'elles sont contentes, les antilopes, de se faire emmerder en permanence par le tigre, qui lui même n'est quand même pas coupable d'avoir les crocs ?

Que penser du renard qui, lorsqu'il fait une descente dans le poulailler, dézingue toute les cocotes sans exception pour n'en boulotter qu'une ? C'est éco-citoyen ça peut-être ? Le renard est-il un fumier pour autant ?

Pas plus que le lapin qui se reproduit tellement vite que si nous n'avions pas de valeureux chasseurs pour les mitrailler, nous serions sur la planète lapin depuis longtemps. Il est éco-citoyen le lapin ? Il se demande, lui, s'il fout le bordel en grimpant sur maman à temps complet sans se préoccuper de sa progéniture ?

Ces putains de piafs, qui, dans un cerisier, picorent toutes les cerises sans exception sans en manger une seule complète ni s'inquiéter s'ils vont chopper la chiasse. Il se demande les piafs, si la vie des cerisiers est en péril ? Bien sûr que non. Ils s'en branlent complet.

Et ce con de panda, qui passe son temps à bequeter du bambou en mâchouillant bêtement, sans inspiration ni créativité, sans se préoccuper de rien d'autre. C'est quoi son projet ? Il se demande, lui, s'il machouille trop de bambou ? Il a pensé un jour à fabriquer du bambou light pour ne pas avoir un gros cu* ? C'est ça être écologique ? Bouffer du bambou toute sa vie et mourir dans l'anonymat le plus complet ?

La conclusion est limpide : c'est cette salope de nature la première coupable. Nous sommes fondamentalement conçus pour foutre le bordel et bousiller notre éco-système, voilà tout ! Et pourquoi ? Parce que c'est le plus fort qui mange, le plus fort qui baise et le plus fort qui dort au chaud. Tout découle de là. Lorsque ces paramètres vitaux seront résolus, nous vivrons alors dans une harmonie totale et sans doute incroyablement chiante.

Car si nous nous survivons malgré tout et que le progrès nous conduise à devenir un Dave Bowman, errant comme des âmes en peine dans l'univers, il n'y aura plus de problème écologique, c'est certain, et c'est sans doute ça le problème. Car ce que ne dit pas C. Clarke, dans 2001, c'est que Bowman, au final, ben il se fait chier grave !

Le taf a donc été mal fait, puisque sans doute issu d'un complet et invraisemblable hasard. Une singularité comme disent les matheux. Une anecdote sans importance ni lendemain dans cette immensité glaciale. Et ce n'est pas le stand Porsche au salon de paris qui changera quoique ce soit à l'équation.

Tout ceci disparaîtra et ce ne sera même pas grave. En attendant comme on a pas le choix, essayons de se mettre bien, là où le hasard nous a posé. :roi:

Telle est mon analyse, à M-20 de passer à l'apéro. :oui:
Modifié en dernier par Dtcrt le mar. 9 oct. 2018 10:42, modifié 2 fois.

Pierre H.
Club AS
Messages : 1985
Enregistré le : dim. 28 févr. 2010 01:14
Voiture(s) : BMW 320i E36

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Pierre H. » mar. 9 oct. 2018 10:37

Web a écrit :
lun. 8 oct. 2018 22:28

Sauf si on considère que la Terre a toujours connu des changements majeurs par épisodes plus ou moins réguliers et que tout ça n'est donc qu'un pet de plus à l'échelle universelle.

Il y a déjà eu 5 grandes extinctions massives, nous pouvons simplement décider d'assumer la prochaine avec sérénité et tout ira bien. :oui: :ange:
Alors oui mais bon... C'est évidemment difficile d'affirmer que le changement climatique n'est dû qu'à l'activité humaine (anthropocène tout ça...) et d'exclure un changement "naturel", mais il me semble tout aussi risqué d'exclure complètement le rôle de l'humanité ne serait-ce que comme catalyseur, le cas échéant.

Personnellement, ça ne change pas mon approche du problème ni la teneur du débat philosophique mentionné ci-dessus (ma 2è observation). Je n'oblige personne à partager cette opinion, mais entre nous, ça vous titille pas un minimum tout ça ? C'est à ça que vous résumez l'humanité ?

(Je précise qu'il n'y a aucune animosité ou provocation dans cette question, je ne me sens pas spécialement compétent pour aborder le fond du débat philosophique en question mais je reste très curieux sur la question.)

C'est une intuition balbutiante que j'ai, mais il me semble qu'au plan historique, les philosophies de vie n'ont pas toujours été aussi anthropocentrées dans les différentes cultures, et ne le sont toujours pas dans certaines cultures abusivement qualifiées de primitives. Pour moi le tournant se situe aux alentours des Lumières, de l'Humanisme. A partir de ce moment on commence à se détacher de valeurs liées à la nature, à perdre un sens de la mesure, de l'équilibre, du cosmos... qui imprègne énormément les philosophies grecques notamment.

Je ne fais donc que supputer un puissant biais philosophique et culturel dans notre appréhension de la question et ce assez indépendamment d'une vérité scientifique qui reste difficile à proclamer de façon univoque comme tu le soulignais, Web.

Avatar du membre
Dtcrt
AS
Messages : 20145
Enregistré le : jeu. 29 juil. 2010 18:54
Voiture(s) : VAG

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Dtcrt » mar. 9 oct. 2018 10:38

Pierre H. a écrit :
mar. 9 oct. 2018 10:37
les philosophies de vie n'ont pas toujours été aussi anthropocentrées dans les différentes cultures, et ne le sont toujours pas dans certaines cultures abusivement qualifiées de primitives.
Oui, tu le dis mieux que moi, et surtout plus vite. Tant pis c'est fait. :areuh:

Avatar du membre
L'intrépide
Club AS
Messages : 4654
Enregistré le : dim. 17 mars 2013 17:02
Voiture(s) : GT86 - 208 GTI BPS - Duster

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par L'intrépide » mar. 9 oct. 2018 10:42

Dtcrt a écrit :
mar. 9 oct. 2018 10:36

La conclusion est limpide : c'est cette salope de nature la première coupable. Nous sommes fondamentalement conçus pour foutre le bordel et bousiller notre éco-système, voilà tout ! Et pourquoi ? Parce que c'est le plus fort qui mange, le plus fort qui baise et le plus fort qui dort au chaud. Tout découle de là. Lorsque ces paramètres vitaux seront résolus, nous vivrons alors dans une harmonie totale et sans doute incroyablement chiante.

Tout ceci disparaîtra et ce ne sera même pas grave. En attendant comme on a pas le choix, essayons de se mettre bien, là où le hasard nous a posé. :roi:
Finalement, peu importe le diagnostic de chacun, sa conclusion, les idées de comment renverser la situation... A la fin, on finit tous par une note bien individualiste/égoïste :bravo:

Avatar du membre
Dtcrt
AS
Messages : 20145
Enregistré le : jeu. 29 juil. 2010 18:54
Voiture(s) : VAG

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Dtcrt » mar. 9 oct. 2018 10:45

Oui. Sainte Thérèse ne m'a jamais fait vibrer. Pauvre femme, elle aurait mieux fait de s'en mettre plein le pif, ça n'aurait rien changé au problème. L'égoïsme et l'individualisme exacerbé, il n'y a que ça de vrai. Je signale d'ailleurs que ce concept a été théorisé, documenté, nomenclaturé, et pose les bases mêmes du capitalisme actuel. :bah:

Pierre H.
Club AS
Messages : 1985
Enregistré le : dim. 28 févr. 2010 01:14
Voiture(s) : BMW 320i E36

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Pierre H. » mar. 9 oct. 2018 10:50

Dtcrt a écrit :
mar. 9 oct. 2018 10:36
Se serrer la ceinture, confort restreint, libertés perdues...

Mais lesquels au juste ?

- Régionaliser l'agriculture en stoppant l'éreintement des terres, se passer de Smartphone 4G assemblés par des esclaves pour s'envoyer des pouces bleus, se dire qu'un lave-linge peut techniquement durer 20 ans sans aucun problème technique, qu'une voiture tient à l'aise sa trentaine d'année sans nous faire croire qu'il est bon pour la planète de la foutre à la poubelle tous les 2 ans, désenclaver des métropoles devenues absurdes à tous les niveaux, arrêter la politique de l'instabilité permanente, faire en sorte de relocaliser l'industrie pour fabriquer des vrais trucs, arrêter de faire absolument n'importe quoi avec l'eau, de consommer des tera-tonnes de papier en pure perte, de faire pousser des pauvres vaches/porcs/poulets pour se goinfrer de viande merdique, oublier "la mode", qui dans son simple terme représente nécessairement un fléau, arrêter de prendre des avions merdiques pour aller contempler la misère à l'autre bout du monde, bourrer nos côtes d'hydroliennes au lieu de polluer la planète pour les 150.000 prochaines années tout ça pour alimenter des guirlandes de LED à Noël, elles mêmes fabriqués par les mêmes esclaves évoqués plus haut, etc., etc., etc.

On vit moins bien sans tout ça ? Perso, à aucun moment je n'aurais l'impression de me serrer la ceinture. J'ai même envie de dire que ça changerai plus ou moins rien pour moi. :heu:
Tu te rends compte qu'en disant ça, outre le fait que tu aies parfaitement raison selon moi, tu bascules dans le camp des extrémistes décroissants totalitaires ? :roi:

Franchement faut lire sur la décroissance, je recommande Serge Latouche. A aucun moment il n'est question de revenir à l'âge de pierre et peut-être même qu'on se sentirait mieux (bien-être vs bien-avoir...).

Ce qui me fait une bonne transition avec le reste de ton analyse sur la chaîne alimentaire et les besoins vitaux. Il me semble que tu n'insistes pas assez sur un truc essentiel : ce con d'être humain, par un hasard non moins faramineux que la vie dans son ensemble, est doué d'intelligence voire d'une certaine conscience de lui-même.
Pire, il a pris conscience de l'aspect aléatoire de tout ça, de son caractère fugace dans l'univers, de sa fragilité infinie. Partant de là j'ajouterais au rang des besoins vitaux de l'Homme celui de donner un sens à son existence-même, qui le pousse à vouloir combler ce sentiment de profonde vacuité inhérente à sa condition. Et ça, ça change pas mal de choses en pratique, à notre petite échelle. :areuh:

Avatar du membre
Web
Administrateur
Messages : 40260
Enregistré le : lun. 18 mai 2009 13:08
Voiture(s) : 12 cylindres en ligne

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Web » mar. 9 oct. 2018 10:53

DTC a écrit :Et ce con de panda, qui passe son temps à bequeter du bambou en mâchouillant bêtement, sans inspiration ni créativité, sans se préoccuper de rien d'autre. C'est quoi son projet ? Il se demande, lui, s'il machouille trop de bambou ? Il a pensé un jour à fabriquer du bambou light pour ne pas avoir un gros cu* ? C'est ça être écologique ? Bouffer du bambou toute sa vie et mourir dans l'anonymat le plus complet ?
:mdr: :bravo: :maitre:

Ouais, c'est ça la vie en fait.

Perso je suis une brèle en philo, j'ai eu 3/20 au bac :hum: ça me passe complètement au-dessus les considérations méta-pas-physiques. :gne:

La planète s'en fout complètement de nous donc faisons pareil, c'est simple. :oui:
Mais sans oublier pour autant, comme le dit DTC, que c'est d'abord en faisant attention à nous qu'on fera attention à la planète (qui d'ailleurs s'en branle vraiment de nous il faut le redire) et pas l'inverse comme on veut nous le faire croire. (vous avez 2 heures :troll: )

Avatar du membre
Mazoutophobe
Club AS
Messages : 3204
Enregistré le : dim. 5 juil. 2009 19:16
Voiture(s) : vieille allemande de sport

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Mazoutophobe » mar. 9 oct. 2018 11:52

J'ai lu intégralement vos proses respectives, DTC et Pierre :bravo:, sachant que je suis moi-même partisan de la décroissance et du respect de l'environnement. Et non, ce n'est pas incompatible avec le plaisir automobile :nana:

Avatar du membre
Barjack13
Modérateur
Messages : 6061
Enregistré le : mar. 8 mars 2011 12:47
Voiture(s) : Elise S1 120 et Bmw 730i e38

Re: La fin de l'automobile (y compris sportive) grand public ?

Message par Barjack13 » mar. 9 oct. 2018 14:17

Ce topic est intéressant et riche d'idées, bravo les amis ! :bravo:
De toute façon, à la fin, ils ont dit que le soleil allait tout cramer dans le système solaire, alors à quoi bon ? :beber:
V12 POWWWWWAAAAAAAA !!!! :hm:

Publicité
 

Répondre